Type Tonneau

La version la plus fréquente de ce hangar est le « double-tonneau », mais on le trouve en simple, triple, quadruple. C’est certainement le type de hangar standardisé le plus répandu sur les bases aériennes françaises. Conçu au milieu des années 1930, il a été commandé en grande quantité pour équiper les bases avant-guerre, notamment dans le cadre du plan V de réarmement. Il en a été construit ou déplacé jusque dans les années 1960. Sa forme caractéristique est encore présente en beaucoup d’endroits, même si la guerre, le temps et les vicissitudes de la gestion immobilière en ont fait disparaître beaucoup.

Description

Catégorie d'ouvrages
Hangar pour avions déplaçable ("léger")
Nom du typeHANGAR TONNEAU
Complément de nom/sous-types/variantesSimple, double, triple, quadruple tonneau
Alias(Type Baudin?)
DéclinaisonsRaccourci, élargi, surélevé, etc.
+ Gymnase (voir fiche à paraître)
UsagesGarage et atelier pour avions, magasins
Dimensions (en m : l x p x h)Environ 40 x 62 x 15
Technologie utiliséeOssature métallique préfabriquée, assemblage par boulons.
Matériaux employésStructure acier, couverture et bardages en tôles d'acier.
Variantes : couverture en fibrociment, galandages en maçonnerie.
Création du typevers 1935/36
brevet connu : Léon Beschkine, Paris le 13 déc. 1938.
Programmes concernésConstruction des bases aériennes (à compléter)
MarchésDIA, STBA/EMBA ; à compléter d'après archives
ConstructeursBaudin, Dunoyer, Daydé, Paindavoine, SICM puis SICMEG, SCMC, équipes militaires
Fin de la préfabricationAnnées 1960 (à vérifier)
Dernier chantier
Nombre d'exemplaires réalisés
Nombre d'exemplaires restants connusVoir recensement joint

 

Caractéristiques (double-tonneau)

Portée
40 m
Largeur hors tout96,45 m
Largeur du hangar80,70 m
Ouverture principale2 x 39 m x 7,30 m
Hauteur hors sol15,75 m
Hauteur sous entrait7,35 m
Hauteur sous pont roulant6,90 m
Profondeur61,50 m
Surface utile programme (surface dédiée à la fonction même du bâtiment) 2 x 2000 m²
(le mémento infra mentionne 2300 m², ce qui dépasse la surface couverte)
Surface couverte (projection en plan des toitures)4400 m²
Surface utile totale (surface des locaux fonctionnels, sans les circulations et les vides techniques)4000 m²
Surface hors oeuvre
(surface de terrain occupée)
5075 m²
Masse totale2 x 250 t
Mode de transportVoie ferrée, voie fluviale
Temps de montage
Effectif nécessaire

 

Bref historique

Ce type de hangar est extrêmement répandu sur les bases aériennes créées avant la deuxième guerre mondiale. Il a été spécialement conçu pour être monté, réparé ou déplacé en un temps relativement court, et il offre une solution optimale aux contraintes de légèreté de la structure et de résistance au vent ou à la neige. En effet, sa toiture caractéristique est une coque autoportante de forme cylindrique réunie à deux « tympans » avant et arrière formant auvents (brevet demandé par Léon Beschkine le 13 déc.1938, délivré sous n°847531 le 3 juil.1939, publié le 11 oct.1939).
Par contre, alors qu’il reste généralement en place à titre définitif, sa structure rend difficile la construction d’appentis, et impose de le positionner en léger retrait du front des installations. Ces inconvénients sont palliés, soit par des modifications locales, soit par la variante « raccourcie » qui, grâce au retournement de la poutre-au-vent vers l’intérieur du hangar, permet d’avoir un pignon droit (comme par exemple à Melun – Villaroche).
Une version agrandie et surélevée a été réalisée à Orly pour le Lockheed Constellation ; le type standard permet en effet tout juste le garage d’un Constellation, sans espace pour travailler commodément.
Utilisé comme entrepôt (Varennes-sur-Allier), sa grande surface oblige à espacer les piles de matériel pour prévenir la propagation d’un éventuel incendie, ce qui limite sa capacité dans cet usage.
Le hangar « double-tonneau » (appellation générique courante) a été réalisé, avec des variantes de détail, par plusieurs entreprises, et monté ou déplacé par les équipes militaires spécialisées, jusque dans les années 1960 (retour de hangars d’Algérie).
Avec certaines ossatures en surplus ou incomplètes restées à l’EMBA, on a pu satisfaire une partie des besoins des bases aériennes en gymnases, grâce à une adaptation astucieuse de la moitié, en surface, d’un simple tonneau. Cet ouvrage dérivé fera l’objet d’une fiche particulière.

SOURCES UTILISÉES DANS CETTE FICHE

  • Recueil des matériels standardisés (STBA, 1973)
  • Mémento infrastructure (DIA, 1967)
  • Liste STAC ci-dessous

AUTRES SOURCES D’INFORMATIONS CONNUES

  • STAC Bonneuil-sur-Marne (voir liste)
  • ANMT Roubaix
  • Archives des services déconcentrés de l’aviation civile (à explorer)
  • SHD (à explorer)

DOCUMENTS ANNEXES

– Plans simplifiés du double-tonneau (STBA : Recueil des matériels standardisés)
– Recensement des réalisations (Anciens-Aérodromes)
– Liste d’archives (DGAC/STAC)

Commentaires

You must be Enregistrez vous pour donner un avis.