« Daydé-Jeumont » / Lann-Bihoué / H1

Comments Off on « Daydé-Jeumont » / Lann-Bihoué / H1

Hangar H1 à Lann-Bihoué

Type détaillé :

Hangar type Daydé-Jeumont, de 70m d’ouverture, surelévé en partie centrale

Lieu d’implantation

Base d’aéronautique navale de Lann-Bihoué, à Trémerzin
Latitude :  47°46’20.00″N
Longitude :   3°26’30.82″O

Hangar H1 à Lann-Bihoué

source: googleearth

Dénominations

Désigné à sa construction par le numéro G4, ce hangar porte actuellement le n° H1

Construction

Construit par les établissements Roger Coulon entre 1951 et 1952, dans le cadre du programme de reconstruction de la base aéronavale de Lann-Bihoué, le H1 est destiné à l’origine au service Technique de la base.
Les plans du dossier de consultation ont été établis par la section construction du Service Technique des Bases Aériennes (Secrétariat Général à l’Aviation Civile et Commerciale) en 1950 sur la base de hangars d’avant guerre connus sous le nom de Daydé-Jeumont. En 1951, les établissements Roger Coulon, connus également pour des réalisations de hangars pour l’aéronavale, remportent l’appel d’offres correspondant.

Hangar H1

Plan d’exécution du hangar H1 (Coll. DGAC/STAC)

Les hangars type Daydé-Jeumont (on voit également l’appellation Jeumont-Daydé) dont s’inspire le hangar H1 répondent à une commande des années 1935 émanant du ministère de l’Air, Service des Etudes et de la Signalisation.  La structure de ces hangars métalliques est basée sur des arcs de portée 70 m, à double articulation et sous-tendu par un tirant. L’ensemble arc et tirant ainsi que les autres éléments de charpente (poteaux, pannes, contreventement) sont composés de caissons « treillis » conférant à ces structures une esthétique certaine. L’autre particularité de ces hangars réside dans la couverture, réalisée à partir de tôles métalliques, boulonnées ou soudées, dont la forme épouse une surface à double courbure dénommée hyperboloïde de révolution. 

Hangar type Jeumont-Daydé

Coupes du hangar JD (Coll. Annales de l’Institut Technique)

Hangar type Jeumont-Daydé

Planche de l’album des hangars métalliques édités par le STBA en 1947

Hangar Jeumont-Daydé à Toulouse - Francazals

Vue aérienne d’un hangar JD à Francazals (www.bing.fr)

Intérieur d'un hangar JD à Toulouse-Francazals

Intérieur d’un hangar JD à Toulouse-Francazals (source DGAC/SNIA)

Cette technique, directement inspirée des recherches sur les structures en béton développée entre autres par F. Aymond alors directeur du Service des Etudes et de la Signalisation au ministère de l’Air, permet de franchir une dizaine de mètres. Il existe encore plusieurs réalisations de ce type de hangar à Toulouse-Francazals ou à Salon-de-Provence.

Par rapport au hangar de type Daydé-Jeumont, le hangar H1 diffère par une surélévation en partie centrale, sans doute pour permettre la mise en place de ponts-roulants. Du fait de cette modification, le système de couverture en tôle si particulier aux Daydé-Jeumont n’a pas été reproduit.
Les portes roulantes du H1 sont de conception classique, en palplanches métalliques participant de façon économique à la résistance au vent. Ce système est très répandu à l’époque.

Elévation du pignon ouvert

Elévation du pignon ouvert (Coll. DGAC/STAC)

 

Occupations successives

Rapidement après sa construction en 1952, le hangar est attribué au service Technique pour les besoins en maintenance des avions des flottilles 24F et 25F de Lancaster.

A la fin des années 80, le H1 est entièrement rénové pour accueillir la maintenance des Atlantique 2.
Il sert toujours aujourd’hui pour les besoins en maintenance de l’Atelier Industriel de l’Aéronautique.

Construction du H1 en 1951

Construction du H1 en 1951-52 (Image Marine Nationale)

 

Autres réalisations du même type

L’étude des plans dressés par la section construction du STBA en 1950 permet de confirmer que le hangar H1 de Lann-Bihoué est du même type que le hangar abritant le musée d’aviation de Melun-Villaroche.

Sources :

  • la Gazette de Lann-Bihoué n°18
  • Service Technique de l’Aviation Civile (Extrait de l’album 1947 et plans)
  • Collection Aérodromes n°4 : Lorient – Lann-Bihoué

Visite virtuelle – Hangar Caquot de Lyon

Comments Off on Visite virtuelle – Hangar Caquot de Lyon

Le hangar « Caquot » de Lyon – Bron, première réalisation de hangar en béton armé de type double-auvents a été  détruit en juin 2012.
Avant sa démolition, un travail de mémoire a été réalisé avec le soutien de la DGAC, des Aéroports de Lyon et avec le concours des associations Anciens Aérodromes et la SLHADA.

Ce travail s’est concrétisé par la réalisation de maquettes, visibles au siège de la DGAC, à la SLHADA ou exposées sur le stand 2A lors du dernier carrefour de l’Air en 2013, d’une visite virtuelle et d’une brochure éditée par un de nos membres, Guilhem LABEEUW.

Vous pouvez retrouver ces réalisations sur le site patrimoine aéronautique de la DGAC en cliquant sur les liens suivants :

 
Lien vers la brochure en lecture libre
 
Lien vers la visite virtuelle

Catalogue Hangars

Comments Off on Catalogue Hangars


---------------------------


---------------------------


---------------------------


---------------------------
EXEMPLE DE TYPE 1EXEMPLE DE TYPE 2EXEMPLE DE TYPE 3


---------------------------


---------------------------


---------------------------


---------------------------

---------------------------


---------------------------
EXEMPLE DE TYPE 4EXEMPLE DE TYPE 5EXEMPLE DE TYPE 6

Hangar pneumatique G. Voisin

Comments Off on Hangar pneumatique G. Voisin

Spécial infrastructure 14/18 – Hangar pneumatique G. Voisin Guilhem Labeeuw (membre 2A)

Film d’illustration dans notre dossier en ligne « PREMIERE GUERRE« 

Parallèlement, notre site dédié au centenaire de la première guerre mondiale http://premiereguerre.anciens-aerodromes.com/ a été mis en ligne le mois dernier (voir l’article dans le numéro de ce mois-ci). Certains auront déjà visionné le film muet sur le hangar pneumatique Voisin (http://premiereguerre.anciens-aerodromes.com/?p=149). La rubrique infrastructure de ce mois-ci propose quelques compléments sur cette curieuse invention de Gabriel Voisin.

 Nous remercions par avance tous ceux qui souhaitent nous aider sur le projet « Aérodromes 14-18 », en nous communiquant des informations, témoignages ou en nous autorisant à reproduire des documents figurés (carte postale, gravure, dessin, photographie ou plan). Alors n’hésitez pas à contacter les référents (Thierry Gehan et Guilhem Labeeuw) via l’adresse mail news@anciens-aerodromes.com.

 Le contexte : les services français d’invention pendant la guerre

 Un compte-rendu de séance de l’Académie des Sciences publié par la revue La nature de 1919 dévoile quelques inventions soumises à l’avis des services d’inventions, d’études et d’expériences techniques et tenues secrets pendant la guerre.

 Parmi les nombreuses inventions évoquées dans ce compte-rendu – certaines nous paraîtraient très saugrenues aujourd’hui –  celle proposée par Gabriel Voisin mérite que l’on s’y arrête un instant.

Elle a d’ailleurs fait l’objet d’une publication américaine.

 Le hangar pneumatique Voisin : description

 Gabriel Voisin (1880-1973), largement connu comme pionnier de l’aviation, propose (la date exacte ne nous est pas encore connue) un système atypique de hangar projetable sur les terrains du front. A côté des hangars Bessonneau, Traverse ou variantes de hangars démontables, l’invention de G. Voisin apporte de nombreux avantages.

 Nous reproduisons ici un court extrait de la description du principe du hangar pneumatique inventé par G. Voisin :

 « Le hangar replié se présente sous la forme d’un rouleau d’étoffe à ballon ; on déploie le rouleau sur le sol, on adapte à un ajutage le tube d’un petit ventilateur ; l’air s’engouffre dans la peau du hangar, qui est à double enveloppe, et la gonfle en quelques minutes ; on voit se dresser une voûte qui s’appuie sur le sol par ses deux bas-côtés, le hangar est construit. Six hommes le déplacent facilement. Il se replie aussi vite qu’il s’édifie »

 Quelques extraits du film :

Avantages / inconvénients du système

En comparaison avec les hangars Bessonneau, le système Voisin a deux atouts importants :

  • Son poids : la structure en toile est facilement transportable, et le générateur d’air peut servir pour plusieurs montages. Le stockage en est également plus aisé.
  • Sa facilité de montage : seuls 6 hommes sont nécessaires et le temps de montage de quelques minutes, en comparaison avec une journée pour un Bessonneau, est parfaitement adapté pour l’aménagement de terrains de courte durée.

En revanche, son utilisation est limitée par quelques inconvénients :

  • Sa taille, qui ne permet l’abri que d’un avion (aux dimensions relativement modestes)
  • Sa fragilité : la structure gonflable ne devant pas être percée, des précautions d’emploi doivent être observées. La destination est dès lors limitée à l’abri des avions, en évitant toute opération de maintenance qui pourrait endommager l’enveloppe du hangar

Réalisations

Nous n’avons pas à ce jour identifié sur des photos des réalisations de ce type sur les terrains de campagne de la première guerre.

Néanmoins, dans les archives du SHD, nous avons pu trouver un bon de commande pour un hangar de Gabriel Voisin passé en 1917 pour le camp d’aviation d’Avord. Peut-être s’agissait-il de ce type de hangar.

Bon de commande pour un hangar Voisin pour le camp d’Avord en juin 1917

(Collection S.H.D)

L’héritage

Le concept de hangar pneumatique pour avion, dont tout porte à croire que Gabriel Voisin en fut l’inventeur, a été largement repris par la suite. Ce type de hangar est toujours utilisé de nos jours, dans des dimensions également plus grandes.

 Sources 

  • La Nature : Revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l’industrie.  1919 : Quarante-septième année, deuxième semestre : n° 2362-2387.
  •  http://www.avions-voisin.org

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Couverture de la revue Scientific Américan de novembre 1919

(source : scientificamericanpast.com)

 

 

Avant ...